psychologue-marseille

Quand la passion de l’humain guide votre approche thérapeutique…

Ma méthode thérapeutique a évolué avec moi, en même temps que je me transformais moi-même. Aujourd’hui, je travaille depuis environ une vingtaine d’années ;  bien évidemment, mon postulat de base est la psychanalyse parce qu’elle me semble incontournable  : on est pétri quoi qu’on en dise d’un héritage familial. Mais cette approche est également au carrefour de la philosophie, dont elle est issue et mon travail s’est s’enrichi également d’autres courants au fur et à mesure, des formations, des connaissances acquises au fil des années . Personne aujourd’hui ne peut nier qu’on ne détient pas la Vérité d’où l’intégration constante d’autres apprentissages, le tout dans une cohérence évidemment.

J’ai de base une formation analytique, je pense que tout part de Freud et qu’il faut aller interroger un peu le passé, le frères, les sœurs, les parents,  pour voir un peu de quoi il en retourne. D’ailleurs, les gens sont plutôt satisfaits de l’écoute, du questionnement, déjà ça permet de poser le problème. Après, moi, je fais travailler les patients, ils sont là pour aller mieux. Certains réagissent plutôt en séance, d’autre plutôt entre les séances, certains aiment écrire. Toutes les approches sont intéressantes si ça aide le patient… Je trouve que dans une thérapie, il doit y avoir DES  RÉSULTATS.

L’ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE

Pour moi, en préalable à tout travail, il y a cette alliance. Sans elle, impossible de pouvoir dire tout ce qui ne va pas. Avec ce transfert, avec cette confiance, vous pouvez dire tout ce que vous n’avez jamais pu dire. Et à partir de là, ça peut aller très vite, les entretiens thérapeutiques peuvent vous permettre de prendre de la distance par rapport à l’événement douloureux, vous apprendre à regarder les choses sous un angle différent et en fin de compte petit à petit à réagir différemment, pour sortir de la souffrance, de la peine….et c’est ce qu’on cherche.

Ça demande une authenticité dans les liens qui se nouent entre thérapeute et patient. C’est la qualité de cette relation qui permet d’échanger, de se confier sans censure, sans crainte d’être jugé ou de choquer. Un des aspects de la thérapie est d’apprendre à devenir vrai avec soi même, à s’écouter, à respecter ses propres limites avant de vouloir faire plaisir aux autres… s’aimer et être heureux avant de pouvoir l’être avec les autres.

DE LA PREMIÈRE CONSULTATION…

On part d’un bilan, un point sur votre âge, votre vie privée, votre boulot, votre famille, quels soucis, quelles maladies, quelle adolescence ? Y a-t-il eu des  événements traumatisants, des chocs, quelles déceptions ? ça construit un dossier de PRE-ENTRETIEN. La première séance se termine sur une restitution de ma part de ma vision du problème, et des premières pistes de travail à investiguer.

AU CAHIER DE GUÉRISON

De séance en séance, nous parlons des chocs que vous avez encaissés et de la façon dont vous avez essayé de vous en sortir, et les situations bloquées se débloquent en établissant des liens avec votre passé. En entretien, je valide ce que vous avez retenu, ce qui vous a interpellé, ce sur quoi, vous avez « cogité », ce qui va mieux dans votre quotidien, ou plus mal  et on en parle.

Votre dossier devient un  cahier de développement personnel qui mesure vos avancées, vos résultats, vos rechutes. L’entretien thérapeutique amène des prises de consciences salvatrices en revisitant les faits, à la lumière d’un nouveau regard. Vous  comprenez alors que vous ne pouvez plus continuer à réagir pareil… Les séances permettent par la compréhension d’intégrer petit à petit, un nouveau comportement.

La thérapie, est un processus d’évolution où le patient se retrouve devant ses peurs de changer quelque chose à sa vie, devant ses résistances. Il faut alors laisser mûrir ; des angoisses peuvent remonter ; c’est pour ça que je vous accompagne, et que mes patients ont mon mail, et mon portable, pour se sentir rassuré(e).