Le Haut Potentiel qui s’ignore

hp qui s'ignore

Quelques mots aujourd’hui, pour un haut potentiel qui s’ignore….pour permettre à certains de se reconnaître.

Leur façon de réfléchir est différente .

Elle n’est pas du tout séquentielle ; pas dans la compréhension des choses étapes par étapes. Non, la compréhension est globale ou pas du tout …Mais la considération du problème se fait dans sa globalité, en interjectant des vecteurs qui donnent la solution et des enfants ou des adultes qui n’arrivent pas à expliquer rationnellement ce qu’ils ont compris ou perçus.

Leur rapidité

C’est très simple, personne ne veut travailler avec eux. Ils sont trop pointus, trop exigeants, trop rapides avec 100 idées à la minute. Autant dire, qu’ils fatiguent.

La curiosité insatiable, ,

Ils présentent une curiosité insatiable, posent des questions à n’en plus finir si un sujet les interpelle …on se retrouve dans des pourquoi ? qui « rendent chèvre » les parents, les professeurs,  les interlocuteurs qui n’ont pas toujours de réponse Ces pourquoi « incompris » jonglent toute l’enfance, et trouvent aujourd’hui à se nourrir via internet, via google, via you tube ; pour satisfaire cette soif incessante de connaissances. Ce qui n’était pas le cas hier, où peut-être des bébés haut potentiel ont cessé de poser des questions , marre d’être taxé de faire l’intéressant(e), où ont commencé déjà à se nier.

tu te poses trop de questions

Le fameux « tu te poses trop de questions n’est pas une légende chez eux. Outre, le fait qu’ils saoulent tout le monde avec leurs questions. Ils se remettent en question sans cesse, tout le temps. Est-ce qu’ils ont bien fait ? assez fait ? est ce qu’ils auraient du faire autrement dire autrement ? c’est sans fin, leur doute d’eux-mêmes, alors qu’ils sont plus doués que la plupart des individus, qui eux ne se remettent nullement en question. « Heureux les fous ».

Le perfectionnisme, la peur de l’échec

Et malgré ça, on note parfois une réussite qui n’est pas à la hauteur de ce qu’on pourrait en attendre, par cause de procrastination, mais qui dérive en fait, d’un trop grand perfectionnisme, qui devient inhibant à l’action, inhibant au fait de remettre le truc à faire, à rendre. Parce que son mémoire n’est pas assez bien, parce que son projet n’est pas assez ficelé, un étudiant, un entrepreneur ne vont pas oser se lancer, ils vont s’autosaboter. Et c’est très dommage, parce leur talent dort, ne va pas éclore. Rien ne leur semble jamais assez bien, et ça, c’est quelque chose sur lequel, ils doivent travailler, avancer.

Contigue, à cette peur de l’échec, la peur de réussir. Où serai-je si je réussis, est ce que je vais avoir toujours mes copains si je change de classe ? est ce que je vais être à la hauteur de la tâche qu’on veut me confier ? Je m’ennuie dans la routine mais est ce que je veux vraiment partir à l’inconnu ? est ce que ca va pas chambouler ma vie ? le vide fait flipper, et pour tous la première fois fait toujours peur. Avec la peur du rejet  co existent le potentiel de réussir et  le potentiel de rater, et le regard des autres ….

 

 

Archives

Archives