Le pervers narcissique : le prince pas charmant

femme fore

Sur la dépendance affective, ce qui va nous intéresser aujourd’hui ; ce sera de sortir de la sidération,  de la victimisation, qui vous prive de tous vos moyens de reconstruction. Et pour cela, il va falloir ne plus confondre prince charmant et faux prince . Je voudrais vous dire le contraire mais le monde est violent, il devient d’ailleurs de plus en plus violent ; les rapports humains aussi, beaucoup sont emprunts de rapports de force, même au sein d’un couple... et encore plus dans cette période d’ambiance anxiogène due au COVID. Oui, les hommes ou les femmes ne sont pas tous aussi bien intentionné(e)s qu’ils ou qu’elles veulent bien vous le faire croire…Mais ils ou elles ne sont pour autant tout “blanc” ou tout “noir” …Et non, peut être faut-il cesser de croire au Père Noël, il n’existe pas de sauveur qui va venir vous sortir, de vos angoisses, de vos ennuis, de votre vide existentiel, de votre solitude. Et oui, il existe des princes qui ne sont pas charmants , des faux princes,  il faut le savoir quand on est une femme au troisième millénaire. 

Vous les rencontrez sur les sites de rencontres qui se multiplient ; on ne compte plus aujourd’hui les relations amoureuses qui s’y sont crées mais revers de la médaille, il n’y a pas que des hommes qui veulent vous aimer, vous chérir, vous faciliter la vie  Il y en a peut être qui sont très intéressés, très motivés par votre physique, votre style, votre beauté, seulement.

Attention, à ne pas tomber raide dingue amoureuse, d’un homme qui ne vous veut pas que du bien et qui pourrait “vous en faire voir de toutes les couleurs“. De toute façon, la seule personne dont vous devriez tomber raide dingue amoureuse, c’est de vous même . Et de prendre soin de vous, c’est à dire de ne vous apporter que du bien. Vous à qui, vous devriez fournir via “votre amoureux” , de la tendresse, du bien être, de la sécurité, pour vous épanouir aussi joliment qu’une fleur à qui on donne de l’engrais. Parce que finalement, la relation, rassurez moi, c’est bien pour être mieux et grandir ensemble ? Parce que certaines de mes patientes (patients) l’ont un peu oublié parfois : donc comment on s’en sort ? On revient aux fondamentaux : la joie, la joie de vivre, la joie de partager…

Vous aurez des signes, un pervers se dévoile assez rapidement…s’il n’y a pas de joie, de partage….vous vous êtes trompés de relation...vous en sortez, ou vous prenez de la distance et vous demandez de l’aide éventuellement ….Voilà , juste un dernier mot ; je n’ai pas de jugement sur les pervers….On est bien d’accord que pour un pervers, jouir d’une situation où il met sous emprise un partenaire pour se sentir exister (narcissiquement), on est pas dans quelque chose de sain, et les pervers auraient besoin de travailler en thérapie évidemment…Tant qu’ils ne le feront pas, ce sera à VOUS de prendre en charge dans la relation le fait de gagner en force, pour ne plus vous laisser faire, pour ne plus être une proie …

Pour ceux qui privilégient les formats vidéo, rendez vous ci après :

 

Toujours dans la dépendance affective, la prochaine fois, on essaiera de voir, comment font certains (certaines) qui s’en sortent, qui sont heureuses, qui passent d’un amour à une autre ? Et qu’est ce qu’elles pourraient avoir de plus que vous n’avez pas mais que vous pourriez gagner ?

Archives