Dépendance affective et anxiété dans la relation

dependance affective

Je voulais vous parler de la dépendance affective et de son  son caractère associé : l’anxiété dans le couple.

Je m’appuie sur des propos entendus en séance sur la relation d’une patiente avec son petit ami : “Il ne m’a pas fait de bisous, c’est bizarre ! “il ne met pas la main dans mes cheveux “…il s ‘en fout de moi !      .puis une heure plus tard, Ouf ! il le fait , il me caresse les cheveux …..ah ben non, c’était pas bizarre, il m’aime”….Et encore, “il ne m’a pas présenté à ses parents, ça me stresse… mais… il me présente à ses parents, ça me stresse aussi.”L’anxiété la ronge mais elle n’en dit pas un mot et part dans des perceptions erronées de la situation. Je lui explique qu’on sort de l’angoisse en parlant.

Et elle rajoute :” peur de pas être à la hauteur, peur d’être trop grosse, peur de pas être aussi désirable que les filles qu’il voit sur INSTAGRAM….”On est à la limite du délire d’interprétations….Autant dire que la situation n’est pas confortable pour ma patiente, pour son moral , pour ses troubles de comportement alimentaire. Elle est trop stressée, et pas que dans son couple d’ailleurs. Il va falloir que ce soit ses copines qui lui disent ….”C’est toi le problème, pas ton mec , il est très bien, autant avant il y avait à redire, là il est sérieux”.

C’est un cas typique d’une patiente qui n’a pas appris la séparation. Je lui en parle, j’interroge ses rapports à sa mère ? et elle me dit que géographiquement elle ne vit plus chez sa mère mais qu’elle est toujours en train de lui téléphoner et que si sa mère l’appelle pas,ça lui semble “bizarre”,  elle lui dit même pour rigoler que “c’est une mère indigne”….

Elle prend alors conscience et dit : “et je fais pareil avec mon mec…c’est dur ! ”

IL n’y a pas de séparation à la mère, il n’y a pas eu de séparation psychique, il y a eu juste un effort de prise de distance géographique. Elle a toujours vécu dans des relations très sécurisées, y’a l’habitude de trop de sécurité….Et du coup, elle a pas avancé sur la confiance en elle, et elle a peur tout le temps, peur qu’il la quitte et qu’elle n’est aucun référent…..son copain prenant la place de la mère.

On va travailler tranquillement “dire l’angoisse à l’instant” ….et la confiance en elle, en ses atouts, en s’appuyant sur ses réussites, et je vais sentir qu ‘on est dans le bon chemin quand elle va arriver en séance en claironnant : “cette semaine, j’ai plus parlé à mon mec qu’à ma mère….! ”

 

 

 

Archives