Parcours d’une résilliente HP

Quelques lignes pour vous raconter le développement du potentiel d’une patiente ….Car une fois le haut potentiel reconnu, validé, débute le vrai travail thérapeutique de mise en lumière de cette singularité. Pour exemple, le parcours de   Camille , 38 ANS une résiliente (nom anonymé). Elle m’appelle à 2 ou 3 reprises, 4 ou 6 mois d’intervalle, je discute avec elle au téléphone, elle ne donne pas suite et un jour, elle appelle pour débarquer au cabinet ….

Le tableau dépeint de la violences elle ne sait pas contrôler ses émotions et peut “péter les plombs” pour  une frustration hyper mal vécue, sur une question anodine. On est dans de l’hyper. Elle est dans un job anonyme après avoir réussi des études élitistes et avoir été intégrée dans la fonction publique dont elle a démissionné, elle n’ a pas réussi me dit-elle à se faire au système. Elle a craqué. Elle est mère d’un enfant de 10 ans dont elle n’a pas la garde….

Ses premières phrases seront « je m’appelle Camille, j’ai 38 ans, j’ai un fils qui a 10 ans et qui est en famille d’accueil depuis ses 3 mois, j’ai de l’argent pour 19 séances. »Donc on va dire qu’on part de loin. Elle est HP, elle a déjà suivi des thérapies….

4 ans plus tard

Elle vit à l’étranger, elle a multiplié son salaire dans un job qui lui ressemble, elle a récupéré la garde de son fils, elle a refait sa vie, dans une famille recomposée, elle est amoureuse. Je la suis via Skype. Ca va….mais elle reste vigilante, elle apprivoise toujours ses up down et garde un concept assez américain sur la thérapie. C’est pas je vais voir un thérapeute parce que ça va pas. C’est « ça va parce que je vois un thérapeute ».

Comment nous en sommes arrivés là ? Le transfert aux premiers contacts offre une prise à la thérapie presque trop rapide, les progrès sont fulgurants, exponentiels, presque trop….ça frise avec le transfert pathologique, elle n’a pas confiance en moi, elle a foi en moi. Je freine des 4 fers….pour éviter que ça retombe comme un soufflet. Il nous faudra parfois un protocole médicamenteux.

La relation ambiguë du Haut Potentiel et de l’amour

Les grands temps de la thérapie sont la récupération de son fils, ce défi va redonner du sens à sa vie, et lui donner la force de renouer avec le système, les contraintes inhérentes à l’éducation d’un enfant. Le juge va lui demander une stabilité ….un appart, un boulot ….Elle va se mettre en tète de gagner   « de quoi nourrir son fils », et elle s’expatrie pour cette raison. Son combat lui est dédié. Le juge décide de lui re confier la garde de son fils.

La rupture de son compagnon qui ne reste pas avec elle à l’étranger. Avec l’effondrement qui s’en suit chez ma patiente (qui nous renvoie à la dépendance affective du HP),et la perte de son nouveau travail, plus rien ne va mais …mais elle va être capable de se remobiliser pour trouver un autre travail seule.

L’éducation de son fils….10 ans d’absence entre une mère et son enfant, ça laisse des traces, des deux côtés. Apprendre à faire face à la frustration inhérente à un enfant, aux contraintes de repas, de devoirs, de limites à poser et à se poser, et qui plus est, son enfant est comme elle surdoué, donc pas facile.

La stabilisation sentimentale….De son premier mari, le père de son fils qui reste marginalisé, précaire, sans adresse ni boulot fixe, au compagnon qui la quitte à l’étranger quand elle récupère son fils, elle va trouver un  nouveau compagnon qui lui va, qui la soutient et elle va  s’approprier un rôle de belle-mère, avec les enfants de son ami,  elle me parle de mariage….

La reconversion professionnelle d’un HP

Elle va arriver à faire avec le système en composant ….(elle fait du HOME SERVICES … travaille  de chez elle et va au bureau 3 fois dans la semaine, ce qui lui va…). Elle a renoué les liens avec ses parents et ses sœurs. Elle a fait la paix avec son passé, a trouvé et perpétue un équilibre. Aujourd’hui elle est capable d’encaisser un choc sans décompenser, sans sombrer. Aujourd’hui, elle se passe très bien de moi……..Elle est une preuve vivante à mon sens, ce sont des propos qui n’engagent que moi, du flirt parfois de la douance et de la psychopathologie, dans des up downs, de moins en moins expressifs, qu’elle gère ….sans se faire déborder.