Comment reconnaître un surdoué(e)

comment-reconnaître-un-surdoué-marseille

Pour introduire mon propos sur les caractéristiques du Haut Potentiel, outre  la surefficience mentale, et L’hypersensibilité, l’hyper réceptivité, l’empathie, je note une constante dont j’ai envie de vous parler : L’HYPER. Parmi toute la typologie de mots qui existe (haut potentiel, HP, HPI, HPE SURDOUES MULTI POTENTIEL, je retiendrais dans mes propos le terme de  “HP comme générique” parce que je n’aime pas le terme de surdoués ; il induit  une supériorité quand je vois plutôt, une grosse différence.

L’hyper chez eux c’est intense

  • Ils ne sont pas malheureux, ils sont HYPER MALHEUREUX,                                                                                                                                         
  • Ils sont d’ailleurs à peu près, hyper pour  tout, 
  • hyper incompris,
  • hyper mal aimés,
  • hyper déprimés

Les difficultés sont dans tous les champs scolaires, comportementales, sociales. Difficultés à trouver leur place dans la société, s’interrogeant sur le métier qui doit avoir du sens……ils ont du mal à composer avec le système, presque des “laissés pour compte du monde dans le pire des cas, quand le tableau est noir.L’hyper leur donne une vulnérabilité, une fragilité, qui peut faire le lit d’une inadaptation.

Plus une personne a un QI élevé, plus la probabilité d’être fragile existe, par l’hypersensibilité, l’hyper réceptivité. il peut y avoir un véritable TSUNAMI EMOTIONNEL. Ce qui rejoint ce que je viens de vous dire, on est jamais dans les demi mesures, et cette fragilité peut mener à un mental « en vrac », ce qui s’associe pour un médecin à UN MENTAL PATHOLOGIQUE …

L’inadaptation du HP

Ce que j’appelle un mental en vrac  ce sont  des problématiques, de névrose ou  de  dépression, mais avec une « couleur » particulière ….plus « théâtrale », plus « impressionnante », et surtout  plus « récidivantes ». C’est toujours là, latent, un peu comme un bouton d’herpès, et qu’il fallait vivre avec cette particularité « d’être sur le fil entre génie et folie ».

Cette « différence » entre guillemets, elle saute aux yeux d’un thérapeute même avec un jeune patient. Cette différence elle se fait sentir aussi dans la quête de sens / la quête existentielle. A quoi ça sert la  vie ? c’est quoi  le sens de la vieou comment on fait pour arrêter de penser ?

Haut potentiel et mission de vie 

 

Je vous laisse imaginer, si vous n’êtes pas préparés même un  thérapeute. On note aussi quand ca ne va pas, une estime de soi au 36ème dessous par rapport à L’échec scolaire. On se retrouve avec des élèves qui ne comprennent pas à quoi sert l’école, ce qu’ on leur demande, pourquoi il faut y aller, qui n’y voient pas d’intérêt, ou qui ne trouvent pas l’exercice intéressant, qui décident d’en faire un autre ….et qui sont toujours à chaque chose qu’on leur dit , dans des pourquoi ? fatiguant pour leur entourage…..ET CA DONNE des professeurs qui disent qu’ils ne peuvent gérer cette singularité, que si dans la classe ils faisaient tous pareils…etc

Comme la réussite scolaire est portée aux nues chez nous….chez nous. Ça démoralise encore plus ces enfants de ne pas y arriver, de se faire gronder de partout, et ça les démotive encore plus. Ça les décourage totalement.Et cette non ’intégration à l’école, elle se traduit …. par le fait qu’ ils n’arrivent pas à se faire des camarades de leur âge,  copains, des copines.

  • ils sont UN PEU EN AVANCE SUR LEUR TEMPS pour leur âge…
  • Ils ont des centres d’intérêts différents, c’est bizarre, c’est dérangeant….
  • cette étrangeté  met de la distance, on aime ce qui vous ressemble, c’est plus facile
  • ils sont seuls  .. personne ne s’intéresse aux mêmes choses qu’eux.

Décalage typique d’intérêt ….. qui se retrouve plus tard au boulot, et d’une manière générale dans le social. On peut voir arriver des somatisations    plus particulièrement chez  l’enfant, ça peut être des troubles du langage, l’enfant commence à se taire     à moins néanmoins parler, il se censure intellectuellement  pour être comme les autres.

On arrive vite à la phobie scolaire et à l’ inhibition intellectuelle : pour être normal RENTRER dans le moule, taire son intelligence pour être comme les autres. On mesure aussi une anxiété chronique comme somatisation phare, c’est quelque  chose qui caractérise très souvent un HP, « Je vais pas y arriver et adulte et je révise et je m’entraine sans m arrêter, en stressant comme c’est pas permis ou je fais rien, ….J’ai révisé 8 fois mon programme, je me suis filmé, je me suis enregistré… » Vous êtes obliges de leur dire STOP.

En synthèse, on a une certitude  « les HPs ont du talent »  mais dans certains cas de figure, ça ne se voit plus.

Tout le travail thérapeutique consiste à faire sortir cette singularité, ré émerger cette particularité, cette acuité et de faire repartir sur le fil de vie, sur les rails, les adjoindre, leur intimer de ne pas éteindre leur hyper sensibilité, leur hyper réceptivité mais de la mettre au service du monde…. ; parce que eux CLAIREMENT ils préfèreraient arrêter de penser, arrêter de recevoir.

il n’y a pas    de modélisation du travail thérapeutique avec eux, ils sont trop singuliers, trop uniques, trop différents du commun. On est dans de la haute couture, dans du sur-mesure. Il existe une résistance thérapeutique à la psychothérapie classique …..ils ne réagissent pas pareils.

EN CONCLUSION la résilience

A l’heure de conclure, je ne sais pas vous dire comment on travaille en thérapie avec les HP, ils sont tous uniques, différents et semblables dans leur singularité qui elle est toujours présente.

Une certitude, si tous les hypersensibles ne sont pas HP….tous les HP sont par contre hyper sensiblesil faut travailler à leur faire NE PAS OUBLIER qu’ ils ont une force qui se révèle aussi une vulnérabilité psychique ….

il faut travailler à les faire  S ACCEPTER, apprendre à faire avec ses failles

  • se construire  une vie qui vous correspond
  • le but c’est l’épanouissement intellectuel, social, professionnel, personnel
  • arrêter de faire pareil que les autres,
  • arrêter les remises en question……vivre
  • ce sont DES CHERCHEURS DE VERITE HYPER RECEPTIVITE, des bâtisseurs
  • vivre avec cette  FORCE et cette FRAGILITE
  • accepter son côté hors norme,
  • comprendre et accepter qu’ils sont difficiles A SUIVRE…c’est pas facile pour les autres, moins compliqué
  • réaliser qu’ils sont PLUS CONSCIENTS mais qu’on offre pas au « monde » de  l’aider à changer surtout s’il vous a rien demandé.

Voilà, c’était quelques mots sur cette différence de « la sur douance dans tous ses états. »

Extraits d’une conférence débat sur les hauts potentiels, sur mon travail thérapeutique avec eux. Véronique MAZZA (Août 2017)

 

 

Archives

Archives